Conseils

  • Arrosez votre pelouse le soir (entre 20 h et 23 h) afin d’éviter de « brûler » votre gazon.
  • Utilisez seulement 2,5 cm d’eau par semaine en incluant l’eau de pluie et d’irrigation. Vous pouvez estimer cette quantité en plaçant une boîte de thon vide sur votre pelouse pendant que vous l’arrosez uniformément !
  • Optez pour un bac de récupération d’eau de pluie pour votre arrosage extérieur.
  • Coupez votre gazon à une hauteur de 8 à 10 cm.
  • Laissez sur place le gazon coupé après la tonte car il fournit un apport nutritionnel important à votre sol. C’est ce qu’on appelle l’herbicyclage.
  • Si vous habitez en bordure d’un cours d’eau, revégétalisez une bande de 5 à 10 m tout le long de la berge. Vous pouvez utiliser des arbustes et des plantes herbacées indigènes qui ne poussent pas en hauteur pour profiter de votre vue sur la rivière !
  • Optez pour des solutions alternatives aux pesticides. Il existe des options moins dommageables pour l’environnement et pour votre santé.
     

VERS BLANCS DANS LE GAZON

On compte dans la ville de nombreux cas de pelouses endommagées par des vers blancs.  Les larves de hanneton ou de scarabée, communément appelées « vers blancs », causent parfois d’importants dommages à la pelouse en se nourrissant des racines des graminées à gazon. Les zones endommagées jaunissent ou brunissent et peuvent être soulevées comme un tapis. Les vers blancs sont appréciés des mouffettes, des ratons laveurs et autres petits mammifères qui peuvent creuser des trous dans la pelouse pour s’en nourrir.
 
Les pelouses qui bénéficient de bonnes conditions de croissance et d'un entretien adéquat peuvent tolérer la présence de nombreux vers blancs sans présenter de dommages.  En cas d'infestation mineure ou majeure, des correctifs écologiques peuvent être apportés. 

Carnet horticole et botanique du Jardin botanique de Montréal
 

liens et références

 
 
 
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs