Aménagement du sentier multifonctionnel et des aires d’accueil en 2018

L’aménagement du sentier multifonctionnel et des aires d’accueil débute dans la semaine du 7 mai au parc naturel des Parulines.  Les travaux s’échelonneront jusqu’en juin 2018 et comprennent la plantation de végétaux, la mise en place du sentier, du mobilier urbain, de l’aire d’accueil principale à partir du chemin du Clocher incluant un stationnement, ainsi que l’aménagement de l’aire d’accueil secondaire en bordure de la rue Bourret et de l’accès de l’allée des Cigales.  Soulignons que le parc ne sera pas accessible durant les travaux.  [+]



Cliquez sur l'image pour agrandir
ou ici pour afficher sur une carte Google.



Depuis le premier plan de conservation des milieux naturels, la Ville a procédé à plusieurs acquisitions. Elle est maintenant propriétaire d’un site de 26 hectares dans le secteur du Haut-Saint-Jacques/de la Canadienne. Le terrain est compris entre la route 219 et l’Allée des Cigales, une rue du domaine de la Canadienne. Il abrite une diversité d’habitats, dont des aires boisées, une friche, des milieux humides, un cours d’eau et un étang.

La municipalité travaille à la mise en place d’un premier parc naturel sur ce site.  À cet effet, un plan directeur a été réalisé en 2016 afin de planifier les actions de mise en valeur ainsi que les aménagements à mettre en place.

 
​Mise en contexte
​Saint-Jean-sur-Richelieu occupe une superficie de 225 km², dont 7 à 8 % sont en zone boisée. En mai 2015, suite à une vaste consultation citoyenne sur les boisés où les citoyens de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu se sont prononcés en faveur de la conservation de boisés en zone urbaine, un nouveau plan de conservation a été élaboré. En tout, 386 ha de milieux naturels sont visés pour la protection. En plus d’assurer la protection des milieux naturels urbains, la Ville s’est donnée pour objectifs d’atteindre 10 % de superficie de couvert boisé, de planter collectivement près de 50 000 arbres en 10 ans, de créer des parcs natures, de mettre en réseau les milieux naturels et d’assurer une protection accrue des boisés dans la zone agricole.

Le secteur situé au nord de la route 219 et à l’est du chemin du Clocher est le premier site à faire l’objet d’interventions dans le cadre de la mise en oeuvre du plan de conservation des milieux naturels. Des plantations y ont été effectuées de 2013 à 2015 afin d’augmenter le couvert boisé.

Le site à l’étude a été identifié comme étant un candidat pour un parc de conservation. Ce statut permet entre autres des activités légères et extensives, des activités de restauration et des interventions pour l’aménagement d’habitats pour la faune, la restauration et l’entretien des milieux naturels et certains aménagements de faible empreinte (sentiers, aire de repos). À terme et selon les démarches de la Ville, le site deviendra une réserve naturelle en milieu privé afin d’assurer la conservation à perpétuité du milieu naturel.


 

UN PLAN DIRECTEUR DU SECTEUR DE CONSERVATION

Un mandat a été donné au Groupe Hémisphères en collaboration avec Conception Paysage afin de concevoir le plan directeur du secteur de conservation du Haut-Saint-Jacques/de la Canadienne. Les aménagements qui y seront effectués serviront à établir les jalons d’une planification intégrée des milieux naturels sur le territoire et l’image qui y sera donnée reflètera la volonté de la Ville de mettre de l’avant l’importance de la conservation des milieux naturels, tout en visant leur valorisation. La sensibilisation et la mobilisation du citoyen est un élément important de la démarche de conservation et de mise en valeur.  Sa contribution est essentielle  afin d’assurer l’intégrité des écosystèmes et la pérennité du lieu.



Consultez le plan directeur :

Plan directeur - Secteur de conservation
du Haut-Saint-Jacques / de la Canadienne


Rapport technique réalisé pour la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu
par  le Groupe Hémisphères en collaboration avec Conception Paysage
(2016), 65 p. et 3 annexes.
 


SOUTIEN FINANCIER POUR LA PROTECTION ET LA MISE EN VALEUR DU PARC

En 2017, la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement a accordé un financement de 88 600 $ pour la réalisation de certains volets du projet de protection et de mise en valeur du parc. Cette contribution s’ajoute à celle de la Ville, qui s’élèvera à plus de 450 000 $. Parmi les principales actions prévues au cours de 2017 et 2018, mentionnons :
  • l’aménagement d’un bureau d’accueil principal avec stationnement, la consolidation d’un bureau d’accueil secondaire à l’entrée de l’allée des Cigales et l’installation de divers ouvrages visant à encadrer les utilisateurs dans les sentiers
  • l’aménagement de sentiers pédestres sur près de 3 kilomètres et d’une passerelle de 60 mètres dans le marécage forestier de même que la fermeture d’autres sentiers, ce qui permettra de rationaliser la circulation dans les milieux naturels
  • la mise en place de mobilier urbain construit à partir du bois de frêne qui devra être coupé en raison de la présence de l’agrile du frêne et la construction d’un dortoir à chauves-souris ainsi que d’un casier à insectes
  • l’installation de panneaux d’accueil et d’interprétation ainsi que la réalisation d’activités de sensibilisation
Consultez le communiqué de presse.



INVENTAIRE ÉCOLOGIQUE ET GESTION DU PARC NATURE

En 2016, l’administration municipale a mandaté CIME Haut-Richelieu pour réaliser un inventaire écologique du milieu.  Les informations recueillies permettront de prioriser les actions de contrôle et de suivi à mettre en place, puis d’identifier les éléments d’intérêt en vue de l’interprétation des lieux.  Les inventaires écologiques se poursuivront au cours des prochaines années selon un plan de suivi de l’intégrité écologique défini par CIME et la Ville.

Une description du milieu naturel est disponible sur le site de CIME Haut-Richelieu.

Les citoyens peuvent contribuer à cet inventaire écologique par la transmission d'observations.



COMITÉ DE BÉNÉVOLES

La protection d’un milieu naturel, surtout ceux de proximité, passe par la participation des utilisateurs et des citoyens. La Ville a confié à CIME Haut-Richelieu l’encadrement des bénévoles qui souhaitent s’impliquer dans la mise en valeur du parc nature.

Le rôle du comité de bénévole est d’assurer une patrouille de surveillance sur le site, de participer à des corvées de nettoyage ainsi qu’au réseau de surveillance des espèces exotiques envahissantes, de faire le suivi des structures pour la faune, de collaborer aux inventaires et suivis écologiques et de réaliser au besoin des travaux légers d’entretien.

Pour devenir bénévole, veuillez compléter le formulaire en ligne à cet effet.


Une patrouille de surveillance

La patrouille de surveillance vise à assurer une présence dans le parc naturel. Les patrouilleurs agissent comme agent de sensibilisation et sont en mesure de donner aux utilisateurs une information de base sur divers aspects du parc (faune, flore, historique, activités et aménagements prévus, etc.), de ramasser les petits déchets, de signaler les bris, les actes de vandalisme ou tout autre problématique.


Activités en 2016

En 2016, les bénévoles ont participé à deux corvées de nettoyage et d’arrachage du nerprun. Une première réunion du comité a eu lieu en novembre afin de structurer le fonctionnement du groupe de bénévoles et d’identifier les tâches à réaliser par le comité.

Consultez le compte-rendu des activités.



Visionnez des images captées par drone lors de la corvée de nettoyage du 1er octobre 2016:

Parc des Parulines
Images : Dominic Vinet
 


ACTIVITÉS DE RESTAURATION DE MILIEUX HUMIDES

La Ville a mandaté le Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu (COVABAR) pour réaliser des activités de restauration de milieux humides dans le Parc naturel des Parulines.

Ce projet qui s’est déroulé à l’été et l’automne 2016  est financé par la Fondation de la faune du Québec. Les travaux consisteront en :
  • contrôle du phragmite de l’étang près de la rue Bourret et plantation de végétaux
  • végétalisation des rives de l’étang avec des herbacées et des arbustes
  • plantation de plantes aquatiques dans l’étang afin d’oxygéner l’eau et d’améliorer l’habitat faunique
  • création d’un étang printanier dans la prairie, près de la route 219. S’asséchant durant l’été, il servira de milieu de reproduction pour plusieurs espèces de grenouilles et de salamandres
  • installation de nichoirs à hirondelles noires et rustiques
 


POUR INFORMATION

450 359-2400, poste 2420




 

​​