La vulnérabilité d’une municipalité se détermine en fonction de la présence combinée d’éléments naturels et anthropiques (dus à la présence de l’homme). Ainsi, la situation géographique ou la présence de la rivière Richelieu contribuent à la vulnérabilité de Saint-Jean-sur-Richelieu. Mais d’autres éléments, qui sont le fait du développement urbain, la rendent vulnérable par certains aspects :


​Voies ferrées



​Saint-Jean-sur-Richelieu est traversée par les voies ferrées du Canadien National et du Canadien Pacifique qui relient Montréal aux États-Unis. On y transporte surtout des marchandises mais également des passagers.

Autoroute

 

​L’autoroute 35, qui relie Montréal au Vermont, traverse la ville en son centre. De nombreux fardiers y circulent jour et nuit.

​Navigation aérienne
 

​La navigation aérienne, due à la présence de l’aéroport et à la tenue annuelle de l’International de montgolfières, augmente les risques d’accidents.

​Ponts

 

​Trois ponts, dont l’un est réservé au trafic ferroviaire alors qu’un deuxième sert de prolongement à l’autoroute, relient les deux rives de la rivière Richelieu.

​Infrastructures


​La présence d’installations industrielles et commerciales ou de sites vulnérables comme les écoles demeure toujours préoccupante lorsqu’il est question d’évaluer les risques probables de sinistre.